Le poilu perdu

 

                               Retour Accueil        Retour Romans
                         En vente en format numérique ou broché sur AMAZON.

 

 

                                     Extrait de la première partie

SYNOPSIS

Au lendemain de la première guerre mondiale,  deux êtres en souffrance se rencontrent à Saint Molf, petit village de Bretagne, lors du bal du 14 Juillet 1920 : un « poilu » à la recherche d’un endroit où poser sa guitare pour oublier les horreurs de la guerre et Marie, que son petit ami vient de quitter. Une nuit d’égarement pour elle, d’amour pour lui, qui changera leur destinée…

Quatre mois plus tard, Marie tombera enceinte, mais elle ne sait pas qui est le père de cet enfant : son ex-petit ami ou ce musicien de passage ?

Sylvie, la petite fille de Marie, découvrira lors de ses vacances d’été en Bretagne, la vie amoureuse de sa grand-mère et surtout apprendra que son père a été adopté et que des doutes pèsent sur la paternité. Elle apprendra également que sa grand-mère a eu un deuxième enfant, décédé mystérieusement à l’âge de 5 mois, sûrement de la mort subite du nourrisson.

Ces révélations auront des répercussions sur sa vie de femme. A 40 ans, Sylvie fera une dépression et suivra une thérapie qui fera ressortir toute la souffrance enfouie de ne pas connaître ses origines.

Alors elle entreprendra une nouvelle quête afin de savoir qui est son vrai grand- père.

A la mort de sa grand-mère, en rangeant ses papiers, elle tombera sur l’adresse du musicien qu’elle retrouvera dans une maison de retraite, âgé de 90 ans.

Les retrouvailles seront émouvantes  et grâce à des recherches de groupe sanguin, elle saura enfin  l’identité de son vrai grand-père : c’est le garçon du village et non le musicien.

Heureusement pour elle, car avant de le quitter, celui-ci révèlera un lourd secret qu’il a gardé toute sa vie : un jour il est revenu à St Molf pour revoir Marie qu’il n’arrivait pas à oublier. Accidentellement, dans un moment de folie, il avait pris l’enfant de 5 mois pour son fils et en le serrant trop fort dans ses bras, l’avait étouffé. C’est donc un assassin, un « poilu » qui s’est perdu par amour.

Sylvie promettra de ne rien dire, cette révélation ne changeant rien à sa vie, puisqu’il n’est pas son grand-père. Pourtant on sent bien qu’elle aurait aimé que ce soit ce musicien.