Rencontrer l’autre et devenir soi

 

                  Retour Accueil     Retour Nouvelles      Retour Nouvelles courtes
                  Nouvelle présentée au concours "Les amis du livre" à Chevinay
                                    En attente des résultats

 

 

.

 

Un vieil homme perdit sa femme qu’il adorait.

Il vendit sa maison et partit dans le village de son enfance pour y terminer sa vie.

Boucler la boucle.

Il trouva rapidement à la sortie de la bourgade, une maison avec un petit jardin, sans voisin proche.

Il avait envie de se remettre à peindre et choisit de mettre sur des toiles les scènes marquantes de son existence.

Une fois installé, il acheta le matériel nécessaire, et transforma une petite remise derrière la maison en atelier de peinture.

Au bout de quelques mois, il avait réussi à créer plusieurs tableaux faisant ressortir tout l’amour qu’il avait eu pour sa femme. Elle n’avait pas pu lui donner d’enfants, mais il ne lui en avait jamais voulu, ils avaient trouvé un équilibre dans leur couple, grâce à leur amour.

Cette période de création fut cependant perturbée un matin, par les aboiements d’un chien au portail. C’était un chien aux poils ras noirs, ressemblant à un labrador.

Il essaya de le chasser mais cela ne fut pas facile, il n’avait pas envie de partir. Il y arriva en lui lançant des pierres.

Il n’avait jamais eu le besoin d’avoir un animal domestique et cela n’allait pas commencer maintenant alors qu’il aspirait à une fin de vie seul.

Le lendemain matin, en se levant, il regarda par la fenêtre et vit avec stupeur que le chien était revenu. Il n’aboyait plus mais restait là assis, attendant sûrement qu’il vienne lui ouvrir et lui donner à manger.

Il se trompait bien.

Il prit un seau d’eau qu’il remplit d’eau froide et envoya tout le liquide sur le chien qui partit en gémissant.

Cela ne lui plaisait pas de faire cela mais il savait qu’il fallait qu’il soit ferme pour ne plus être embêté. Il fallait lui montrer qu’il ne le voulait pas.

Pendant plus d’une semaine, le même scénario recommença tous les jours.

Il fallut qu’il trouve toutes les ruses possibles pour qu’il s’éloigne et à chaque fois il partait en gémissant : après les Pierres et l’eau froide, il essaya l’eau chaude, les coups de bâton, les hurlements, mais rien n’y faisait, implacablement il le retrouvait assis ou allongé devant le portail tous les matins.

Devant s’absenter plusieurs jours pour rendre visite à un de ses vieux amis, il prit une décision importante, pensant résoudre tous ces problèmes.

Le jour du départ, il fit monter le chien sans trop de mal dans le coffre de sa voiture et sur le trajet, le déposa à l’orée d’un bois à plusieurs kilomètres de sa maison.

Il n’en eut aucun regret car cette situation le déprimait et cela devenait intenable. Il espérait ainsi que ce chien ne retrouverait pas sa maison et ne l’embêterait plus.

Il fut content de retrouver son ami de jeunesse et passa plusieurs journées à se remémorer avec lui leur vie d’enfant, les bons et mauvais moments. Quelquefois il lui parlait du chien s’étonnant que celui persévère dans son attitude alors qu’il était méchant avec lui.

Puis vint le jour où il revint chez lui. Il stressait à l’idée de retrouver l’animal devant le portail.

Ce ne fut pas le cas, personne ne l’attendait.

Son stratagème avait fonctionné…

Par contre, il s’aperçut avec stupeur que le portail avait été fracturé et il eut du mal à l’ouvrir.

Il se précipita dans la maison puis dans son atelier pour voir si on lui avait dérobé quelque chose. Il fut soulagé de voir que rien n’avait été emporté, tous les tableaux, les objets qui lui tenaient à cœur étaient toujours à la même place.

Il décida quand même de porter plainte.

Sa déposition faite, le chien qui n’était plus présent, il espérait reprendre une vie calme pour recommencer à peindre dans la sérénité.

Ce fut le cas pendant quelques semaines. Il se surprenait parfois à regarder par la fenêtre le matin pour voir si le chien ne revenait pas. Il avait dû trouver une autre maison plus accueillante, car il ne donnait plus signe de vie.

Un lundi matin, il vit arriver la fourgonnette de la gendarmerie, alors qu’il était en train d’arroser ses massifs de fleurs.

– Bonjour Messieurs, que me vaut l’honneur de vous voir ?

– Suite à votre plainte, nous en avons eu d’autres, donc une enquête sérieuse a été ouverte.

– Avez vous trouvé la ou les personnes qui ont fait cela ?

– Oui, ce sont des petits délinquants du village voisin.

– Ah, j’en suis heureux. Voulez vous rentrer boire un petit coup ?
– Bien volontiers car nous voudrions vous parler d’une chose étrange.

– Eh bien rentrons, je vous en prie, dit le vieil homme en leur montrant le chemin.

Une fois assis, autour de la table, les verres remplis d’un petit vin doux, le brigadier lui posa une question.

– Possédez-vous un chien ?

– Euh… Non, pourquoi ?

– Un des jeunes arrêtés présente des morsures profondes qu’un chien lui aurait faites en défendant votre maison.

– C’est pour cela qu’ils n’ont pu pénétrer dans le jardin ?

– Oui en effet. Nous avons fait une petite recherche, et apparemment l’ancienne propriétaire possédait un chien qui lors de la disparition de sa maîtresse ne s’est jamais résolu à quitter les environs. Certains l’ont vu longtemps rôder autour de la propriété, puis il a disparu. Nous pensons qu’il a dû revenir lors de votre absence et a défendu la maison.

– Sans doute…

– Bon, nous vous laissons, merci pour le petit verre !

– De rien, je suis seul, un peu de visite me fait du bien, je vous raccompagne.

Les gendarmes partis, il s’assit et se prit la tête entre les mains.

Qu’avait-il fait à ce chien qui n’était là que pour garder la maison de son ancienne maîtresse. Il revenait à chaque fois malgré les sévices qu’il lui faisait subir.

Il s’en voulait, son attitude avait été cruelle envers cet animal qui devait souffrir comme lui d’avoir perdu la personne qu’il aimait le plus et qui lui manquait.

Où pouvait-il être en ce moment ?

Sans réfléchir, il mit un manteau et le chercha plusieurs heures aux alentours de sa propriété. Il fallait qu’il le retrouve. Cela devenait vital pour lui car il ne se pardonnerait jamais sa conduite.

Il avait déjà entendu les exploits de chien qui parcouraient des dizaines de kilomètres pour retrouver leur maître, ayant une immense mémoire spatiale. L’animal avait réussi à revenir tout seul et à retrouver la maison de sa maîtresse.

Il rentra bredouille, et la nuit fut longue, peuplée de cauchemars où il n’arrivait plus à s’approcher de ce chien.

Il reprit ses recherches le lendemain matin, en s’aventurant un peu plus loin dans le bois longeant la propriété.

Il marcha longtemps et au détour d’un sentier il entendit des gémissements.

Dans un tronc d’arbre, il trouva le chien qui semblait à bout de forces.

La langue pendante, il fixa le vieil homme. Celui-ci l’appela doucement pour ne pas l’effrayer et pour lui montrer qu’il ne lui ferait plus de mal et le chien sortit doucement, la tête basse, étonné sans doute de ne pas être rejeté cette fois-ci.

Il était bien amaigri.

Le vieil homme le caressa, lut sur la médaille qu’il portait toujours autour du cou son nom et des larmes coulèrent sur ses joues ridées.

– Viens Chouchou, tu as retrouvé ta maison, lui dit-il en le portant dans ses bras.

Les jours qui suivirent, furent remplis d’émotions étranges pour ce vieil homme solitaire qui voulait finir sa vie, seul, dans la tristesse d’un amour perdu.

Au contact de « Chouchou », il avait retrouvé petit à petit l’envie de vivre, non plus égoïstement, renfermé, mais ouvert au monde pour donner à cet animal qui lui avait prouvé son dévouement, tout l’amour qu’il méritait.

Les villageois virent souvent le vieil homme et le chien se promener, semblant heureux, deux êtres que le destin avait fait se rencontrer, pour faire leur dernier bout de chemin de vie, ensemble.

Le vieil homme avait compris que sa vie ne devait pas s’arrêter là.

            Son cœur avait encore besoin de donner de l’amour aux autres, il était redevenu l’homme qu’il avait toujours voulu être : un homme généreux.

Merci de mettre un commentaire en dessous de la photo.

Une pensée sur “Rencontrer l’autre et devenir soi”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *