Derrière les persiennes

 

                  Retour Accueil     Retour Nouvelles      Retour Nouvelles courtes
             Nouvelle présentée aux concours : les carnets à la Roque d'Anthéron,
                       les mots d'où à Auffargis et soif de culture à Paris 
                                   En attente des résultats

 

 

 

16 février

Derrière les persiennes, un mouvement, un murmure apaisant. Enfin, un semblant de vie en dehors de cette pièce dans laquelle je dors depuis plusieurs mois. L’absence de bruit me pesait.

Je ne sais pas ce qu’il y a derrière les volets, on ne peut pas y accéder et je n’arrive pas à les ouvrir, ils sont condamnés.

 

17 février

Les sons ont recommencé ce soir et j’en suis ravi, cela m’occupe un peu avant de m’endormir. Je m’imagine qui ou quoi se cache derrière ces bruits sourds, légers. Cela m’intrigue vraiment.

 

18 février

Je suis agité ce soir, j’ai eu envie d’ouvrir les persiennes pour essayer de percer le mystère de ces sonorités mystérieuses, sons parfois étranges qui me parviennent maintenant un peu plus clairement. De plus les volets bougent essayant de s’ouvrir légèrement. Un petit filet de lumière filtre timidement de temps en temps.

 

19 février

J’ai décidé de m’approcher de la fenêtre, mais il me faut du courage car j’ai peur de connaître ce qu’il y a derrière. Maintenant, les timbres de ces sonorités ne me paraissent pas agressifs. Tout à l’heure cela ressemblait à un gazouillis suivi rapidement par une résonance harmonieuse.

 

20 février

Aujourd’hui aucun son… Dommage. Je me suis habitué à ces mouvements bruyants qui me bercent. Je m’endors triste comme si j’avais perdu des amis. J’espère que demain ils reviendront.

 

21 février

Ils sont revenus… Des sortes de frôlement contre la paroi, provoquent une émulation de bruits différents pour donner un écho plaisant. Je commence vraiment à désirer passer de l’autre côté, mais l’ouverture paraît tellement difficile.

J’ai décidé d’attendre encore un peu, car la répercussion des bruits sur les persiennes les fait bouger de plus en plus. Le filet de lumière s’agrandit… Il me semble.

 

22 février

Encore une soirée tranquille, trop tranquille à mon goût. Juste quelques mouvements perceptibles parce que je tends l’oreille. Cela m’a fatigué donc je me suis endormi rapidement.

 

23 février 

Ce soir, il s’est passé un évènement déroutant qui me laisse dans une incertitude profonde : je n’ai su comment réagir. J’avais l’impression que quelque chose m’attirait malgré moi vers la fenêtre, même si elle était encore fermée par les persiennes. Je suis arrivé à refouler cette envie irrésistible de les pousser, de les faire éclater, mais je me sens prêt de plus en plus à essayer de comprendre, tout en n’étant pas pressé de connaître la vérité.

Je me complais dans ce mystère, il remplit mes pensées nocturnes.

 

24 février 

Je me suis approché de l’ouverture et j’ai appuyé timidement une main sur les fermetures qui ont bougé un peu, me donnant un sentiment d’euphorie.

Je n’ai pas trop insisté, préférant avancer doucement de peur d’effrayer ceux qui sont derrière et qui sont la cause de tout ce doux vacarme depuis quelques jours.

 

25 février 

Fatigué, j’ai trouvé le sommeil difficilement, mais une fois endormi, plus rien n’a pu me réveiller.

J’ai essayé de ne pas répondre à l’appel de la curiosité, je ne me suis pas senti prêt à vivre des émotions trop fortes. On verra demain.

 

26 février

Ce soir, je sens que la vérité approche. Je m’y prépare même si cela m’angoisse vraiment.

Il faut que j’arrive à faire ralentir les battements de mon cœur, il bat vraiment trop vite depuis quelque temps et je sens que cela m’épuise avant de trouver le sommeil.

Il faut également que je me repose pour avoir plus de force quand je déciderai d’affronter les persiennes. Elles ont l’air quand même bien résistantes et je ne suis pas très vigoureux et robuste comme un athlète.

 

27 février

Ça y est, les choses ont bougé.

Il y a eu dans la journée tellement de rafales provoquant des remous, tourbillonnements que les persiennes ont légèrement cédé et laissé de la lumière envahir la pièce. Je ne peux m’endormir et l’attirance vers l’extérieur semble être plus forte que mes peurs.

Allez courage je vais y arriver. Je vais forcer les persiennes pour qu’elles s’ouvrent complètement et me permettent de comprendre ce qu’il y a derrière. J’espère pouvoir passer de l’autre côté.

Je vous raconterai…

 

27 février 2017 – 22 heures, Nael est né et a été accueilli par ses parents avec une joie immense. Tout s’est bien passé.

Il a crié en sortant comme s’il était en souffrance… Mais n’était ce pas un cri de délivrance après neuf mois de solitude et de mystère… Le mystère de la vie… ?

 

Merci de laisser un commentaire en dessous de la photo

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *